Iceberg

Des petits carrés tracés à la craie sur une boîte cabossée,
un prisme en guise de toit. Maison.
J’inverse le tout, mon rafiot de luxe découvre son paysage nautique.

Au-dessus de mon île en dérive, quelques traits, des pointillés
inventent des tapis volants et des manches à balai
faciles à enfourcher en cas d’extrême danger.

Les arbres poussent à l’envers,
s’enracinent aux rambardes des nuages.
La terre ferme nargue de ses mirages ancrés à 200 mètres.

Chaque jour, aux cris des mouettes comme repère,
les demains comme hier deviennent aujourd’hui.

Les portes de sortie dérivent à contretemps.
Deux d’entre nous les ont trouvées
en se jetant par-dessus bord.

Les hommes, paquetés dans notre vaisseau sidéré
ou sidéral au rythme de cartes maritimes imaginaires,
sont retrouvés bras en cœur, nœuds coulants et couteaux tirés.

Privés d’axes-privilèges, les bâtons de marche font du sur place
pour tester l’acidité des coques en acier
ou la distorsion des corps à corps voraces.
Il semble que les chocs contre le métal trouvent un écho plus rare.

Le navire d’apparat s’abandonne ou se cabre au gré des récifs liquides
qui se referment lourdement sur son passage
effaçant les spirales chaotiques des enfers intimes.

Le virus, sans direction de temps particulière,
s’aère en changeant de cabine, en tournant les pages,
fouille le sang tiède des fragments d’existence.

La ville mouvante greffée de modules cloîtrés
rétablit son équilibre soumis aux tournées sanitaires
où les incarcérés entourés d’eau imbuvable ont soif de terre sèche.

Colette Leinman

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s