île immergée

Personne n’avait encore osé vous le dire, mais ce navire avait bel et bien sombré.

Il s’appelait le Titanic, si ma mémoire est bonne. Ou peut-être Pandémonium.

Quelques années après, passagers et équipage s’étaient parfaitement adaptés à leur nouvel environnement aquatique. Y compris les musiciens qui, tous les soirs, nous envoûtaient avec des concerts de musique aqueuse.

Les cuisiniers nous régalaient de soupes enivrantes, de poissons et de coquillages parfumés aux algues rares. Une croisière inoubliable. Et qui durait bien au-delà de la durée de réservation. On vous donne l’adresse ?

Le point d’orgue fut, bien sûr, la visite de l’île déserte, submergée elle aussi, mais au charme et à l’exotisme intacts. L’île aux sirènes, c’était son surnom, baignait dans des vapeurs océanes. Émettant, le soir surtout, des fragrances chuchotées à l’oreille de la faune poissonneuse regroupée en cercles admiratifs.

Une vie de rêve, vous dis-je.

Mais jusqu’à quand ?

Francis Gaillard
— Atelier Extra! 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s