Le Hublot ouvert

Quelqu’un d’invisible ouvre le hublot au travers duquel je me faufile vite hors de ma cabine et me voilà sur une plage. Un homme aux dents géantes, couvert d’une armure noire et d’un casque blanc, me saisit par les cheveux. D’une voix artificielle hachant les mots, il hurle : Sécurité ! Il me pousse et je tombe à la renverse sur le sable, qui s’ouvre aussitôt, dévoilant un tunnel où je rampe, jusqu’à la mer. Le clair de lune en illumine la surface. Tout près de moi, je vois des serpents. Craignant qu’ils me mordent, m’enveniment, je nage plus vite, avant de me rendre compte qu’ils ne sont que les reflets brillants de la lune. Je me mets sur le dos et me laisse bercer doucement par les vagues. Les bras et les jambes écartés, je sens une main invisible me laver de partout. Me revient une scène avec ma grand-mère, elle me savonne dans une petite baignoire métallique pendant la guerre. Un bruit interrompt le plaisir. Le casque blanc et les dents géantes sortent de l’eau et se précipitent sur moi. Je plonge.

Je me réveille. Assise sur ma couchette étroite, je suis en nage. Je donne une tape sur un de mes bras. Il n’est pas dans l’eau, mais trempé de sueur. Le hublot est fermé. Dans la cabine voisine, on frappe doucement à la cloison étanche. Une voix féminine dit quelques mots dans une langue que je ne connais pas. Ma réponse fuse comme un S.O.S. : 3 2 1.

Ulla Gessner

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s