L’île du nom courant

180ème jour, carnet de bord, William L., professeur de langues en tous genres

Six mois, oui cela fait bien six mois que je suis sur ce paquebot désert et sans intérêt. La vie à bord n’est qu’ennui, des journées monotones avec l’odeur de l’essence à supporter. Et en plus ça va encore durer neuf longs mois ! Je ne peux même pas faire connaissance avec les autres passagers car le capitaine craint toute maladie à bord !

181ème jour

Mes cheveux me tombent sur les yeux et c’est à peine si je vois ce que je mange ! D’ailleurs, en parlant de repas nous ne mangeons que du maquereau puant, dont l’odeur se mêle à celle de la sueur du capitaine. Enfin bon, c’est surtout la durée du voyage qui m’embête, je pensais que ça allait être relaxant et apaisant.

Au lieu de ça, une voie tonitruante s’élève d’un haut-parleur :

« Depuis quelques jours, nous n’avons pas vu la terre. La voici !!! Devant vous, les mystérieuses iles du Nom Courant. N’oubliez pas votre masque et soyez prudents, restez sur le pont. »

Je vais donc admirer le paysage, qui n’est pourtant pas fabuleux mais, comme on ne voit rien depuis des jours, je reste à le contempler en suant sous mon masque en épais tissu rouge.

Des iles qui n’ont jamais été visitées ? Où il n’y a personne ? Cela mérite d’être vérifié en sortant de ce bateau incognito avec quelques autres passagers. Mais si on se fait prendre, que va-t-on nous faire ? Il faut d’abord vérifier ce qu’il y a dans l’eau … On va éviter que ça devienne dangereux . . .

Un peu plus tard

Je demande au capitaine de pouvoir regarder le radar ou l’on visualise les bêtes marines. Il m’explique qu’il y a toutes sortes de créatures dangereuses pour leurs proies… et pour l’homme.

Après le dîner

Je vais tout de même demander à deux passagers, un couple, s’ils veulent bien m’accompagner dans cette expédition. J’arrive à leur communiquer mon message en me faufilant dans les couloirs, tel un espion débutant. À ma grande stupéfaction ils acceptent et me proposent une idée incroyablement intéressante : s’emparer du paquebot le temps d’aller sur une des iles ! Je leur demande comment ils comptent s’y prendre. L’un d’entre eux me dit qu’il a déjà été voleur de véhicules et qu’il en connait un rayon. L’autre m’affirme qu’il sait être très persuasif. Moi je resterai en retrait car je ne leur servirai à rien.

Heureusement le capitaine ne réagit pas quand mes deux acolytes entrent dans sa cabine. Il dort ! L’occasion est parfaite.

Dans la nuit.

Nous dévions de cap et nous nous dirigeons vers les iles.

Tout d’un coup le doute me saisit et je prends peur car notre long séjour sur l’ile pourrait s’avérer dangereux ou même mortel. Quand nous accostons mes coéquipiers poussent un cri de joie. Moi je me contente de lancer un petit « youpi ». Nous descendons sur le sable chaud et fin avec l’échelle de corde. Nous nous enfonçons dans la forêt tropicale, laissant les autres passagers à bord dans leurs cabines.

182ème jour

Nous venons de nous réveiller dans nos lits de fortune constitués de paille séchée et d’herbe quand soudain nous entendons des cris sauvages, mêlés à ceux des oiseaux exotiques. Je les reconnais tout de suite : Ce sont ceux de la tribu « Oule Za » celle qui retient les navigateurs égarés jusqu’à ce qu’ils meurent de faim.

Ils viennent vers nous et nous ligotent. Il se trouve que je connais leur langue car je m’y suis intéressé. Je baragouine : « Je vous amène deux prisonniers ». C’est parti comme ça, un réflexe de survie ! Le pire, c’est qu’ils me croient !

215ème jour

Je suis donc devenu un des leurs ! Mes malheureux amis sont morts depuis quelques jours. Et moi je deviens leur sorcier car je porte un masque rouge, signe de grand pouvoir. Et j’ai bien l’intention de devenir leur chef en éliminant le leur…

Joseph Nachury (11 ans)
— Atelier Extra! 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s